Passer au contenu

Accéder aux grandes écoles grâce aux études à l’étranger

Un secret plus si bien gardé !

Grandes Ecoles et admissions parallèles internationales

C’est peut-être paradoxal, mais l’une des raisons qui motive le plus les étudiants à partir à l’étranger, est l’idée de pouvoir mieux revenir en France. En effet, faire un premier cycle d’études à l’étranger (niveau Bachelor), vous permet de poursuivre vos études dans les Grandes Ecoles, en contournant les prépas et les concours ! Secret autrefois bien gardé, cette passerelle fait de plus en plus de parler d’elle, à l’image de cet article récemment publié par Le Monde. Alors, de quoi parlons nous précisément ? Comment pouvez-vous en profiter ?

Les avantages d’un premier cycle à l’étranger

Une expérience internationale est utile à bien des égards. Elle vous permet de vous ouvrir l’esprit en découvrant de nouvelles cultures et d’autres systèmes éducatifs. Vous allez à la rencontre de l’autre et vous enrichissez sur le plan personnel, tout en développant un réseau international. Bien entendu, vous boostez votre CV et accédez à de nouvelles opportunités d’emploi, souvent plus rémunératrices.

Mais partir à l’international après le Bac, c’est aussi un choix stratégique qui peut vous permettre d’accéder plus facilement à certaines formations en France !

éVITEZ LES CLASSES PRÉPAS ET LES CONCOURS pour accéder aux Grandes écoles

Les classes préparatoires ne sont pas faites pour tout le monde. L’objectif de cet article n’est pas de les critiquer, mais nous savons pertinemment que les étudiants sont nombreux chaque année à vouloir éviter un parcours de ce type après leur Baccalauréat. Il existe bien sûr les écoles post-bac en France, auxquelles vous pouvez accéder sans faire de prépa. Mais ces programmes durent généralement 5 ans et vous êtes donc tenus de vous engager sur une période longue. Bien souvent, aucun diplôme ne vous sera délivré avant la fin des 5 ans.

L’international se présente alors comme étant une alternative intéressante.

En effet, vous pouvez rejoindre une université à l’étranger après votre Bac et y valider un Bachelor (équivalent de la Licence) en 3 ou 4 ans. Ces formations sont accessibles sur dossier, sans concours, et vous bénéficiez d’une autre approche pédagogique. Pour ce qui est des formation anglophones, cette approche est appréciée par les étudiants, car l’accent est mis sur l’interaction avec les professeurs et sur le développement personnel des étudiants. Il n’est donc pas question de suivre 40h de cours par semaine et de réviser tous les soirs. Moins d’heures de cours, plus de travail personnel, moins d’examens, un système de notation moins sévère, l’importance de l’extra scolaire, la possibilité de faire un job étudiant… Bref, un meilleur équilibre de vie, qui séduit forcément beaucoup de monde !

Une fois que vous aurez validé votre Bachelor à l’international, il est ensuite possible de réintégrer le système français au niveau Master.

Les admissions parallèles internationales

Muni de votre diplôme international, vous pouvez présenter votre candidature aux écoles françaises. Sur le plan administratif, vous serez alors considéré comme étudiant étranger et les conditions d’accès ne sont plus les mêmes. Nous parlons ici d’admission parallèle internationale. Bien souvent l’admission se fait sur dossier uniquement (et non plus sur concours) et vous pouvez donc rejoindre des Masters de haut vol dans les Grandes Ecoles françaises, en ayant contourné tout le système des écoles préparatoires et des concours. Pour HEC Paris, ESCP et EMLyon, par exemple, les demandes se font via le portail Join a School in France.

Une fois admis, il vous restera deux années d’études à valider en France, suite auxquelles vous recevrez votre diplôme de Master 2.

De surcroit, les écoles françaises sont plutôt friandes de candidats avec un profil de ce type. Souvent plus matures et indépendants, ces étudiants ont vu le monde et maitrisent plusieurs langues parfaitement. Pour la plupart, elles se sont investies dans la vie étudiante de leur université étrangère (car c’est culturellement encouragé) et reviennent avec l’envie contribuer à la vie étudiante locale.

Quelles universités étrangères faut-il cibler ?

A en croire l’article du Monde que nous vous présentions en guise d’introduction, il faut absolument avoir fait les universités les plus connues pour pouvoir prétendre à ce type d’admission parallèle. Nous pensons ici à La Bocconi en Italie, à King’s College au Royaume-Uni, ou encore à IE University en Espagne. Evidemment vous pouvez faire de très belles expériences au sein de ces grandes universités, et leurs diplômes ne feront aucun mal à votre projet de rejoindre une Grande Ecole française au niveau Master.

Néanmoins, c’est loin d’être une condition sine qua non. Dès lors que vous faites vos études dans un établissement reconnu (qui délivre un diplôme reconnu par l’Etat) et que vous obtenez de bons résultats, vous avez toutes vos chances de pouvoir rejoindre une Grande Ecole au niveau Master. Le principal est donc de cibler des universités et des programmes, qui vous correspondent le mieux. Le classement, c’est une chose, mais n’oublions pas pour autant le contenu des cours, l’encadrement, la qualité de vie, le coût du projet…

Une question sur les études à l’étranger ?