Skip to main content

Ne vous laissez pas aller pendant vos études à l’étranger !

Salut à toutes et à tous ! Cette semaine, on va parler de procrastination pendant un séjour d’études à l’étranger… Vous allez me dire : « La procrastina-quoi, GR ? » Pro-cra-sti-na-tion, les amis (et, non, ce n’est pas le nom d’une île grecque)… Vous ne le savez peut-être pas encore, mais ce phénomène est l’un de vos pires ennemis. Focus sur cette maladie moderne, capable de vous faire rater bien des opportunités personnelles comme professionnelles…
Commençons par une petite mise en situation. Disons que nous somme vendredi. La veille, vous avez reçu d’un de vos profs un devoir de quatre pages à rédiger sur la situation économique d’un pays d’Afrique, ou d’Amérique Latine (en réalité, vous ne savez pas vraiment où il se situe), à rendre pour le jeudi de la semaine prochaine. Vous rentrez chez vous et, comme la journée a été rude, vous remettez le boulot à demain. Le lendemain (samedi, donc), vous ouvrez votre agenda, et vous voyez que c’est le seul devoir à rendre que vous ayez pour la semaine à venir. Du coup, vous prévoyez de vous faire plaisir pendant tout le weekend – plutôt que de vous lancer dans le travail et de tout boucler en avance – et de ne vous soucier de votre dissertation que le lundi venu. Au final, vous repoussez le boulot jusqu’au mercredi précédent la date buttoir, et vous vous retrouvez à faire une nuit blanche pour terminer le tout dans les temps. Manque de bol, vous avez fait ça tellement à l’arrache que vous vous êtes bel et bien trompé de pays : vous deviez rédiger votre papier sur le Sierra Leone, et vous avez pondu 1.500 mots sur le Costa Rica…

Les symptômes sont bien tous là : (1) vous avez une tâche importante à accomplir, (2) vous la reportez pour des tâches moins (ou peu) importantes, (3) vous privilégiez systématiquement les loisirs au travail… Vous êtes un procrastinateur (et si vous ne me croyez pas, faites un tour par ce post du site lifehack.org… vous verrez !). En bref, vous remettez toujours tout au lendemain. Souvent, vos parents doivent vous faire la morale ou vous bassiner pour que vous vous mettiez au boulot. Parfois, vous finissez par vous demander si vous êtes vraiment bon à quelque chose. Et bien : PAS DE PANIQUE ! La procrastination est un phénomène normal, et vous serez même heureux d’entendre qu’il touche particulièrement les plus perfectionnistes d’entre nous. En effet, parce qu’ils ont la sensation qu’ils n’arriveront jamais à atteindre la perfection, ces derniers rechignent à la tâche.

Sachez, par contre, que la procrastination est malheureusement un mal qu’il faut absolument apprendre à combattre avant d’entamer un programme d’études à l’étranger. En effet, puisque vous serez livré à vous-même lors de votre séjour d’études à l’étranger, il y a fort à parier que personne ne sera là pour vous tenir la main et vous demander de faire vos devoirs (même en famille d’accueil !). C’est d’ailleurs en partie ce qui explique l’échec scolaire en France dans le cadre universitaire, quand les nouveaux étudiants passent du lycée (où les profs ont tendance à les accompagner) à la fac (où c’est chacun pour sa peau). Certes, vous aurez vraisemblablement un meilleur suivi si vous vous lancez dans un cursus à l’étranger. Mais vous devrez tout de même apprendre à vous prendre en main et éviter de vous laisser aller. Le site mindtools.com a un excellent article sur le sujet, avec quelques tuyaux vous permettant de rester actif et de ne pas vous faire avoir par la procrastination. En voici quelques-uns :

  • Créez une récompense que vous ne pourrez obtenir qu’une fois une tâche importante terminée ;
  • Décomposez un gros projet en plusieurs petites tâches (par exemple, pour votre dissertation, dédiez un jour à la recherche documentaire, un autre au premier jet, le troisième à votre relecture et réécriture…) ;
  • Concentrez-vous sur une tâche à la fois (fermez Facebook, Twitter, vos boîtes mails, etc., pendant que vous travaillez !).

Mon conseil personnel : soyez actif. Ne vous laissez pas avoir par la paresse. Si vous sentez que vous vous laissez aller, lancez-vous dans une tâche sur laquelle vous n’aviez prévu de vous atteler que le lendemain, par exemple. Et, en règle générale, lors de votre cursus à l’étranger, suivez le mantra suivant : « Do It Now ! »

Commentaires

Laisser un commentaire

Étudier à l'étranger : le guide Logo ICEF Logo Australia Future Unlimited Logo New Zealand Education Logo PIER Logo Quality English