Skip to main content

La magie des Liberal Arts

Les amis, cette semaine, parlons d’un cursus qui n’existe pas en France, j’ai nommé le Liberal Arts Program. Cet article s’adresse à celles et ceux qui, lorsqu’ils entrent dans un restaurant, sont tellement saucés par tout ce qui est sur le menu qu’ils ont envie de tout commander…

Alors, pour vous expliquer ce qu’est le Liberal Arts Program, je vais commencer par vous dire ce que ce n’est PAS. J’ai un ami, qui s’appelle Dan, et qui a toujours su ce qu’il allait faire dans la vie. Appelez ça une vision, de l’ambition, ce que vous voulez, mais la résultante de ça, c’est que Danny, au collège déjà, disait : « Je veux aller à l’université Paris 9, sortir avec un DESS (l’ancêtre du Master) en finance, travailler dans la fusion-acquisition et me marier avec une fille sympa. Et ben, devinez quoi, à la sortie de son bac S, Dan a fait exactement ce qu’il a avait prévu, dans l’ordre. Le tiercé gagnant, quoi.

Et puis, y’a une catégorie de gens, dont je fais partie, qui préfèrent s’essayer à plusieurs choses avant de décider. Ceux qui, lorsqu’ils sont chez Foot Locker, regardent la paire d’Air Max grise et orange, puis la paire violette et noire, et disent « je prends les deux ». Arrêtez de faire genre vous vous reconnaissez pas, je sais qu’il y en a plein comme moi ! Bref, et bien, pour ce genre d’étudiant, il y a le Liberal Arts Program.

Les anglo-saxons ont tout compris, de ce point de vue là. Sachant qu’un bon paquet d’étudiants sortaient du lycée sans vraiment savoir ce qu’ils voulaient faire à l’avenir, ils ont décidé de ne pas les laisser à la porte de l’université. Au contraire, ils ont conçu un programme que vous pouvez suivre en community college (à moindre coût, donc), pendant deux ans et ressortir avec l’équivalent d’un DEUG, ou dans un four-year college, où vous pouvez obtenir un bachelor (bac+4, s’il vous plaît). Le principe est simple : on vous impose un certain nombre de crédits à obtenir en sciences humaines, en sciences naturelles, ainsi qu’en arts. Ensuite, à vous de décider quels cours en sciences, sciences humaines, etc., vous souhaitez suivre pour remplir votre « contrat » et obtenir votre diplôme. Du coup, plutôt que de suivre des cours de maths (pas vraiment mon délire, quoi), j’avais choisi un cours en sciences informatiques (sympa), un cours d’introduction à la météorologie (très pratique), un cours d’anthropologie médico-légale (en mode les Experts : Las Vegas), et un cours en logique. Derrière j’ai pris une spécialité science-po, et je me suis bien éclaté avec des cours d’écriture créative, de socio et (bien évidemment) de science-po, pour au final ressortir avec un diplôme bac+2 qui m’a permis de poursuivre mon parcours en France (car, oui, vous pouvez revenir faire votre troisième année de licence en France !).

Aussi, si jamais vous ne savez pas exactement ce que vous voulez faire « quand vous serez grand », ne vous tracassez pas. Déjà, peu de gens le savent. Ensuite, il y a des systèmes universitaires qui ont pensé à vous et sont prêt à vous faire goûter un peu à tout pour vous aider à vous décider. Donc, si jamais vous vous reconnaissez dans ce descriptif, n’hésitez pas à vous renseigner plus encore sur les Liberal Arts Programs !

Commentaires

Laisser un commentaire

Étudier à l'étranger : le guide Logo ICEF Logo Australia Future Unlimited Logo New Zealand Education Logo PIER Logo Quality English