Skip to main content

Faut-il étudier aux USA après Trump ?

Cela ne vous a pas échappé, depuis le 20 janvier 2017, le président des Etats-Unis d’Amérique s’appelle Donald Trump. Une des mesures phares de ce businessman devenu politicien est la lutte contre une immigration ayant pourtant fait la richesse du pays qu’il dirige. Seulement quelques jours après son investiture, Trump a déployé un immigration ban fracassant, refoulant des dizaines d’étudiants de « pays musulmans » à leur arrivée sur le sol américain. L’opinion s’est insurgée de cette décision discriminatoire. Alors est-il encore possible de faire ses études aux Etats-Unis sous Trump ?

 

Trump aime les étudiants internationaux

Trump a dit à plusieurs reprises qu’il était favorable à la venue d’étudiants étrangers aux Etats-Unis. Ses mesures — immigration ban exclu — concernent uniquement les immigrés illégaux. De fait, un étudiant en possession d’un visa F-1, J-1 ou M-1 n’a donc rien à craindre. Trump estimerait en effet qu’il existe de « bons » migrants et de « mauvais » migrants. Les étudiants internationaux rejoignant des universités américaines appartiennent plutôt à la première catégorie. Ty Doyle, un avocat diplômé de Stanford remarque sur le forum Quora que beaucoup d’étudiants étrangers intègrent des filières dans lesquelles les Etats-Unis ont des pénuries de travailleurs, notamment les STEM (Sciences, technologies, ingénierie et mathématiques). Les étudiants internationaux sont donc un atout, et ne sont pas considérés comme des immigrants indésirables par le nouveau gouvernement.

 

Les étudiants sont plus forts que Trump

Aujourd’hui, les Etats-Unis accueillent 897 000 étudiants internationaux, soit 5% de la population étudiante du pays selon des statistiques du Institute of International Education.

Toujours selon le même institut, les étudiants internationaux ont rapporté 36 milliards de dollars à l’économie américaine pendant la période 2014-2015.

Dans son article, le Chicago Tribune explique que pour certaines universités, les frais de scolarité payés par les étudiants internationaux représentent « une source de revenus conséquente (…) en particulier à un moment où l’argent de l’état a été, dans le meilleur des cas, peu fiable ». Se priver d’étudiants internationaux provoquerait l’effondrement budgétaire de nombreuses universités. D’un point de vue économique, le gouvernement de Trump n’a donc aucun intérêt à empêcher ces flux de population studieuse.

 

Trump n’est pas un roi

« Souvenez-vous que le Président des Etats-Unis n’est ni un roi ni un dictateur. Si le pouvoir est divisé entre plusieurs branches du gouvernement, ce n’est pas sans raison. » Toujours sur le forum Quora, James Allen, co-fondateur d’un cabinet de conseil dans les études internationales, nous rappelle justement que le Président des USA n’est pas tout puissant, loin de là. Le gouvernement des Etats Unis possède des garde-fous comme en témoigne l’annulation du immigration ban de Trump par la diplomatie américaine quelques semaines après son instauration. Une cour d’appel fédérale a donc bloqué la mesure anticonstitutionnelle établie par Trump qui visait à interdire l’accès au pays aux ressortissants de sept « pays musulmans ».

 

Les universités contre Trump

De nombreuses universités ont fait une déclaration publique annonçant qu’elles condamnaient les mesures prises par Trump. Plusieurs présidents et présidentes d’établissement d’études supérieures ont ainsi déclaré qu’ils travailleraient de concert avec des cabinets d’avocats spécialisés dans les questions d’immigration ainsi qu’avec des groupes de défense pour protéger les droits des étudiants internationaux et continuer à les accueillir.

 

Faire ses études aux USA est donc toujours possible et c’est même recommandé si votre but ultime est de vous installer aux Etats-Unis pour votre carrière professionnelle. En effet, les personnes ayant étudié aux Etats-Unis bénéficient à la sortie de leurs études d’un visa de travail d’une durée d’un an, reconductible une fois. La technique la plus probante est de profiter de ce visa pour travailler en tant que stagiaire ou employé et de se rendre indispensable auprès de son entreprise qui fera tout pour vous obtenir un visa plus long. Un pari que de nombreux étudiants réussissent.

Vous avez sûrement un avis à donner sur cette question. Dans tous les cas, n’hésitez pas à nous en faire part via les commentaires !

Commentaires

Laisser un commentaire

Étudier à l'étranger : le guide Logo ICEF Logo Australia Future Unlimited Logo New Zealand Education Logo PIER Logo Quality English