Skip to main content

Eviter la galère des livres lors de son cursus à l’étranger

Salut à toutes et à tous ! Cette semaine, on va parler des astuces pour éviter la galère de livres lors d’un cursus à l’étranger. Qu’est-ce que je veux dire par « galère des livres » ? Et bien, c’est assez simple : les prix des livres destinés à l’enseignement supérieur, tout particulièrement les livres en anglais, ne cessent d’augmenter. Une étude prouve que, depuis 1978, ces derniers ont gonflé de plus de 812% ! Cela a un impact important sur votre budget, dans le cadre d’un programme d’études dans une université étrangère. Aussi, tonton GR va vous donner quelques astuces pour économiser des sous, tout en apprenant…

J’ai souvenir, lors de mon premier semestre d’études en business aux USA, d’avoir été pris de sueurs froides en voyant le prix du livre de comptabilité requis par un de mes instructeurs. Au book store de la fac, un vendeur était même venu me voir pour me demander si tout allait bien, parce que ça faisait 5 minutes que je scotchais sur l’étiquette jaune fluo collée à l’étagère, et qui affichait les chiffres suivants : « $258.95 ». Deux cent cinquante-huit dollars et quatre-vingt-quinze cents ! On marchait sur la tête complet, là ! En gros, j’avais l’impression d’avoir à payer pour l’arbre entier dont une partie avait servi à créer le bouquin… Autant vous dire que la boutique de la fac n’a pas fait des affaires avec moi ce jour-là. Une fois rentré à la maison, je me suis-jeté sur mon ordi et, par chance, j’ai trouvé le même livre déjà utilisé, mais à $25 seulement. Un type qui avait eu le même cours le semestre précédent n’avait pas trouvé preneur sur le campus et, un peu à la hâte, avait mis ça en vente sur Craigslist (un équivalent de « Le Bon Coin »).

Donc, première astuce : procurez-vous la liste des livres requis pour le semestre le plus tôt possible, puis faites le tour des sites communautaires et sites d’enchères en ligne (y compris Ebay !), parce qu’il y a énormément d’étudiants désireux de se débarrasser de leurs bouquins contre un peu de cash rapidement gagné. Dans le même style, faites le tour de votre campus, pour voir si personne n’a collé d’annonces dans les couloirs de la fac.

Deuxième astuce : si vous ne trouvez pas votre bonheur sur les sites mentionnés précédemment, rendez-vous impérativement sur SlugBooks, LE comparateur de prix incontournable dans le domaine. Le principe est génial, et vous pourrez vous rendre compte des différences parfois surprenantes de prix entre plusieurs boutiques en ligne. Par ailleurs, vous pourrez notamment connaître les coûts des locations de livres. Cette formule est ma préférée. Déjà, parce que, comme j’aime bien bouger, je préfère ne pas m’encombrer de bouquins. C’est lourd ; et si vous prenez trop de temps pour les vendre, ils sont vite remplacés par de nouvelles éditions et deviennent impossible à écouler. Or, comme il y a des chances que vous reveniez au bercail après votre cursus à l’étranger, je vous invite à ne pas commencer une collection de livres, parce qu’elle ne vous suivra pas à la maison. Personnellement, je suis souvent passé par Amazon Prime pour la location de livres ($45 en location au lieu de $250 à l’achat pour un livre de compta, ou $25 au lieu de $125 pour un livre de droit). Un compte étudiant coûte en ce moment $49 à l’année, ce qui est très vite rentabilisé au vu des nombreux films en ligne et vous donne accès aux fameuses locations ainsi qu’à la livraison gratuite en deux jours.

Dernière astuce, mentionnée dans l’article d’AEI Ideas, mais que je n’ai pas encore testée (je le ferai très prochainement, à l’occasion d’un MOOC) : Boundless. Là, pour $19.99 (après, je me renseigne actuellement pour voir s’il s’agit d’une somme par mois, par semestre, ou par année), vous avez l’équivalent exact des livres requis par vos professeurs (avec exercices et quiz). En fonction des résultats de ma petite expérience sur le sujet, je reviendrai vers vous avec un petit feedback sur cette nouvelle formule en cloud, qui me semble représenter le futur de cette industrie. Si certains d’entre vous l’ont déjà testé, qu’ils n’hésitent pas à m’en faire part à [email protected]!

Voili voilou, les amis ! N’oubliez jamais que des solutions alternatives aux dépenses qui semblent obligatoires existent souvent. A vous de vous creuser la cervelle et de trouver des astuces qui vous permettront de préserver votre budget. J’espère, en tous les cas, vous avoir donné quelques pistes pour éviter des dépenses trop importantes en livres lors de vos études à l’étranger !

Commentaires

Laisser un commentaire

Étudier à l'étranger : le guide Logo ICEF Logo Australia Future Unlimited Logo New Zealand Education Logo PIER Logo Quality English