Skip to main content

Cartonner pour son entretien Oxford et Cambridge !

Salut à vous ! Cette semaine, on va parler des entretiens d’admission dans des universités anglaises de prestige : Oxford et Cambridge ! Il existe un grand nombre de mythes sur les admissions à « Oxbridge », ce que les conseillers Study Experience ont pu observer au cours de leurs nombreuses années d’expérience à aider des étudiants rejoindre des programmes universitaires à l’étranger. Souvent, même, les étudiants ne faisant pas de demandes dans ces deux facs, mais qui souhaitent rejoindre des établissements assez cotés se font une montagne des interviews chez nos voisins britanniques… Aussi, je me suis dit qu’un petit post à ce sujet ne ferait de mal à personne (voire même plutôt du bien à tout le monde !).

Primo, il faut savoir une chose, c’est que les questions les plus farfelues que vous lisez sur internet (ex : « Parlez-moi d’un cactus… », ou « Un chimpanzé devrait-il avoir les mêmes droits que les humains ») (1) ne sont pas toutes vraies, et (2) ne constituent pas forcément l’essentiel de l’entretien. En revanche, elles ont un but : s’assurer qu’un(e) élève qui maîtrise bien des sujets techniques est aussi capable de faire preuve de créativité. En effet, sous réserve que vous rejoignez l’un de ces deux établissements de prestige, l’enseignement une fois sur place est très différent de ce que vous pourrez trouver ailleurs. Attendez-vous à devoir apprendre de votre côté, pour pouvoir participer aux cours en apportant vos points de vues, en discutant avec vos camarades et vos professeurs. Quelque part, ce qu’essaient de vérifier les membres du jury d’admission à Oxbridge, c’est qu’ils ont bien en face d’eux des étudiants qui se fondront dans le moule, en faisant preuve d’intérêt pour une ou plusieurs matières, et de beaucoup d’indépendance.

 

Deusio, pour dédramatiser le processus de sélection et faire tomber les quelques mythes mentionnés plus haut, des instructeurs et membres de jury d’Oxford se sont décidés à expliquer au Guardian (un des principaux journaux britanniques) certaines de leurs questions. Par exemple, à la question « Une étude semble indiquer que les gallophones aient plus de mal à se souvenir des numéros de téléphone que les anglophones. Pourquoi, à votre avis ? », ce que l’examinateur cherche à savoir, c’est (1) si vous savez que les chiffres sont plus longs et épelés différemment en gallois, et que (2) cela les rend plus difficiles à retenir. C’est une manière de vérifier que vous vous intéressez au lien entre le langage et la mémoire. Mais cette question ne vous serait posée que si vous faites une demande d’admission en psychologie ou dans des sciences annexes, et jamais hors-contexte ! La leçon à retenir de ceci est la suivante : intéressez-vous à la matière principale du programme que vous souhaitez rejoindre. En plus de bien connaître votre programme du bac, faites l’effort d’élargir vos connaissances sur des sujets pointus, en effectuant des recherches personnelles. D’une certaine manière, il n’y a pas de réponse unique aux questions qui vous seront posées. Aussi, voyez ceci comme une manière de montrer aux examinateurs votre façon de penser et vos points de vue. A ce sujet, il ne vous est d’ailleurs pas interdit d’être en désaccord avec les membres du jury. Si cela est le cas, défendez votre bifteck, mais soyez sûrs de produire une réflexion qui rendra votre argument acceptable. Vous serez quand même en face d’experts…

Au final, la principale chose à retenir à propos des entretiens Oxbridge est la suivante : soyez vous-mêmes. Si vous connaissez votre sujet (ce qui caractérise les personnes vraiment motivées), vous n’aurez pas de souci à vous sortir des entretiens la tête haute. C’est – en substance – ce qu’Alexandra, une étudiante accompagnée par Study Experience jusqu’à Cambridge, disait dans l’interview qu’elle m’avait accordée il y a de ça 6 mois et quelques. Après, sachant que sur 10.000 candidats chaque année, seuls un peu plus de 3.000 sont acceptés, il n’y a aucune garantie que les portes de ces établissements légendaires vous soient ouvertes. Mais sachez que le fait d’accéder à cette partie du processus d’admission vous donnera des atouts pour rejoindre d’autres universités prestigieuses en Angleterre, voire même aux USA ou dans d’autres pays anglophones.

Commentaires

Laisser un commentaire

Étudier à l'étranger : le guideLogo ICEFLogo Australia Future UnlimitedLogo New Zealand EducationLogo PIERLogo Quality English