Skip to main content

Comment obtenir son master au Canada ?

Salut à vous tous ! Cette semaine, on va parler du grand Nord, en abordant les masters au Canada. En effet, les admissions varieront, en fonction que vous soyez tentés par un programme francophone ou anglophone. Aussi, pour vous faciliter la vie, voici quelques tuyaux pour rejoindre nos amis canadiens dès la prochaine rentrée universitaire…

 

Petit 1 : Faire le point sur votre anglais

Ok, donc vous avez décidé que, l’année prochaine, c’était caribous, sirop d’érable et poutine à gogo. Parfait, mais quelle version vous voulez ? VF ou VOST ? Et oui : le Canada est un pays multilingue, dont les deux langues principales sont le français et l’anglais. Il existe certaines formations anglophones au Québec, bien la grande majorité soit dans la langue de Molière. Cependant, ce qui vous aidera à faire votre choix, c’est votre niveau d’anglais. Si vous êtes un peu bancal, évitez de vous lancer dans un cursus anglophone. En effet, le but d’un master n’est pas forcément de vous aider à apprendre la langue. Ça, c’est plutôt le rôle des écoles d’ESL (ou English as a Second Language). Cela étant, certaines facs ont des cursus « 2-en-1 » (un peu comme le shampoing). C’est le cas de l’Université de Toronto, par exemple.

Petit 2 : Faire attention aux conditions d’admission

Bon, maintenant que vous êtes fixés sur votre niveau de langue, il est temps de s’attarder sur les conditions d’admission. Il est important que vous veilliez bien à confirmer que vous ayez le niveau suffisant pour le programme de master que vous visez. En effet, un grand nombre d’étudiants ont tendance à se lancer dans une procédure d’admission, sans réellement prendre la mesure des minimas requis par l’établissement qu’ils veulent rejoindre. Pour prendre l’exemple des USA ou de l’Angleterre, ces derniers visent Harvard et Oxford, avec une moyenne générale de 11,5 à 13 sur 20… Il est vrai qu’une mention bien puisse être plus difficile à obtenir en France que dans d’autres systèmes universitaires. Cependant, si cette mention est demandée pour rejoindre un programme que vous visez, réfléchissez bien avant de postuler si votre moyenne est trop largement en-deçà de ce critère. De plus, notez que certains établissements – dans les provinces anglophones, notamment – demanderont un bac+4 minimum pour rejoindre un master. Aussi, avec une simple licence, il vous faudra peut-être passer votre chemin ou revoir vos plans en intégrant un Pathway Program ou un Top-Up dans un autre pays d’abord…

Petit 3 : Se donner le temps pour la demande de visa

Dernière chose, et pas des moindres : la demande de visa. Cette procédure, en plus de vous demander de rassembler un certain nombre de papiers et de documents administratifs, va vous prendre un bien très précieux : du temps ! Trop souvent, les projets d’études à l’étranger sont lancés à la va-vite, ce qui rend compliqué de passer les différentes étapes des procédures d’admission et de faire une demande de visa. Aussi, faites bien en sorte de vous donner assez de temps (4 à 6 mois environ, voire plus si vous le pouvez) pour faire vos demandes (1) d’admission en master canadien et (2) de visa d’études.

Commentaires

Laisser un commentaire

Étudier à l'étranger : le guide Logo ICEF Logo Australia Future Unlimited Logo New Zealand Education Logo PIER Logo Quality English