Quels changements pour la réforme du Bac ?

Quels changements pour la réforme du Bac ?

Rencontre avec Charlotte Chabert, conseillère d'orientation

Charlotte est responsable depuis 8 ans du bureau d’orientation d’un grand lycée de l’ouest parisien. A ce titre, elle bénéficie d’une grande expérience de la communication avec les jeunes et des filières existantes. Elle reçoit en effet en entretien quotidiennement des élèves du lycée souhaitant avancer dans leur orientation et s’informe du suivi des études des anciens élèves, ce qui lui permet d’actualiser sans cesse sa connaissance des filières d’études existantes, des passerelles nouvelles. Elle organise aussi de nombreux événements liés à l’orientation, impliquant des anciens élèves mais aussi des professionnels.

Ici, elle évoque pour nous les changements annoncés suite à la réforme du lycée (horizon Bac 2021) !

Quels changements pour les élèves de seconde cette année (2018) ?

Les élèves en seconde au lycée cette année vont être les premiers à tester le nouveau bac issu de la réforme du lycée. L’idée est de renforcer les compétences fondamentales et d’aider le lycéen à construire au fil de ses années lycée son parcours d’orientation.

Dès la seconde des heures d’accompagnement à l’orientation sont mises en place pour aider le lycéen à se connaître, réfléchir à son projet professionnel et à sa formation (choix des enseignements de spécialité pour la première).

Et en première et terminale générale?

Pour tous les élèves sont prévus des enseignements communs : français, philosophie, histoire géographie, sciences, langue vivante 1, langue vivante 2, éducation civique, sport.

+ 3 enseignements de spécialité parmi les 12 choix suivants :

Arts, littérature langue et civilisation étrangère, littérature langue et civilisation ancienne, humanités, littérature et philosophie qui rappellent les matières enseignées en L

Sciences économiques et sociales, histoire géographie et sciences politique qui rappellent les matières enseignées en ES (avec les maths en plus)

Biologie, maths, Physique chimie, sciences de l’ingénieur, numérique et sciences de l’informatique qui rappellent globalement les matières enseignées en S.

En fin de première, le jeune doit choisir pour son année de terminale 2 parmi les 3 enseignements de spécialité découverts durant l’année.

L’organisation des épreuves évoluent aussi. Le résultat au bac est désormais constitué à hauteur de 60% de 4 épreuves finales : français (passée en fin de première), philosophie, un grand oral et les 2 enseignements de spécialité ET à hauteur de 40% sous forme de contrôle continu en  Histoire géographie, sport, langue vivante 1, langue vivante 2, sciences.

Mais comment choisir ses enseignements de spécialité ?

Cette question va se poser rapidement pour les élèves de seconde puisqu’ils vont devoir formuler leur choix pour le conseil de classe du deuxième trimestre….

Le choix du jeune va dépendre tout d’abord de ce qui va être proposé dans son lycée. Chaque lycée devra mettre en place 7 enseignements de spécialité définis nationalement: Mathématiques, SES, Physique-Chimie, SVT, Langues, Cultures et Civilisations Etrangères, Histoire Géographie et Géopolitique, Humanités Littérature et Philosophie.

Libre à l’établissement d’en ajouter d’autres, éventuellement en s’organisant avec d’autres établissements voisins.

Son choix va aussi dépendre de son degré d’audace! En effet, il peut choisir les enseignements de spécialité en reproduisant les matières qui caractérisent les filières L, ES ou S en se disant que les établissements de l’enseignement supérieur recruteront au moins dans un premier temps selon les mêmes critères. Il peut aussi oser un profil plus à la carte, en partant du principe que les années lycée doivent avant tout être une source d’épanouissement.

En tout cas, face à ces choix, les établissements ne pourront opposer leur véto, par exemple pour des raisons de niveau scolaire, car d’’après les textes officiels les élèves doivent pouvoir choisir en toute liberté leurs enseignements de spécialité; seule réaction possible des écoles : imposer un redoublement.

Un choix sans doute sécuritaire dans un premier temps…

Les choix d’enseignements de spécialité des lycéens risquent dans un premier temps d’être sécuritaires et quand ils aurons plus de visibilité sur les critères d’admissions dans les établissement supérieurs (espérons que dès cette année les établissements planchent sur ce sujet!), les étudiants pourront choisir en connaissance de cause.

D’ici là il reste possible de jouer sur les choix d’option (maths approfondies, maths complémentaires, droit et grands enjeux, langue et culture de l’antiquité, arts, eps, langue vivante 3) pour allier l’utile à l’agréable.

… dont l’importance reste à relativiser

En effet, au-delà des choix d’enseignements de spécialité, les critères des établissements supérieurs ne demeureront-ils toujours pas de recruter les meilleurs candidats?

On peut donc imaginer qu’ils se montrent ouverts à des profils variés tant qu’ils constituent de bons dossiers et qu’ils organisent des réorientations partielles afin d’accueillir des étudiants n’ayant pas choisi les enseignements de spécialité les plus adéquats….

 

Une réforme à suivre de près tout au long de cette année scolaire…Pour en savoir plus ou si vous souhaitez vous entretenir avec Charlotte, n’hésitez pas à visiter cette page ou à nous contacter [email protected]