Mon année de césure m’a donné un coup de pouce pour mes études sup !

Mon année de césure m’a donné un coup de pouce pour mes études sup !

Rencontre avec Harriet, étudiante en langues modernes à l'université de Bath (UK) et stagiaire chez Study Experience

Bien qu’étant anglaise à cent pour cent, depuis un très jeune âge j’étais entouré par la langue espagnole ; ma grand-mère le parle couramment et chaque été on a passé nos vacances de famille en Espagne. Étant une fille bavarde depuis le début, je voulais pouvoir communiquer avec les enfants espagnols sur la plage dans leur propre langue et c’est pour cela que j’ai commencé à apprendre l’espagnole au jeune âge de trois ans. Mon intérêt pour la langue française est venu peu de temps après, lorsque nous avons commencé les cours de français à l’école primaire.

Parler une autre langue vous ouvre de nombreuses possibilités non seulement pour le travail, mais également pour les amitiés, les voyages et même une meilleure santé d’esprit !

MON ANNÉE DE CÉSURE (2016-2017)

 Mon année de césure n’était en aucune façon prévue, cependant c’était la meilleure chose que j’ai jamais faite et je recommande vivement d’en faire une !

Le jour des résultats d’A-level (équivalent britannique du Bac), j’ai reçu les pires nouvelles ; je n’ai pas eu les résultats requis pour aller à l’université. Mais, pas de panique ! Toute de suite j’ai fait de la recherche sur les années de césure et en trois semaines, tout était organisé ! En septembre de 2016 je partais toute seule pour aller vivre dans une famille d’accueil à Montpellier pendant six mois, tout en entreprenant des cours de français dans une école linguistique au centre-ville.

Blague à part, déménager à un pays étranger toute seule au jeune âge de 18 ans n’était pas de la tarte ! Cependant, l’immersion totale m’a beaucoup aidé à améliorer mon niveau de français dans peu de temps. Il n’y a rien de mieux que se jeter à l’eau et d’être entouré par la langue dont vous comptez perfectionner. En plus, la préparation pour l’examen du niveau C1 du DALF – l’équivalant français de l’examen IELTS – m’a donné un objectif.

Montpellier est une ville étudiante avec plein de vie, le jour et la nuit, et pour cela j’ai rencontré beaucoup de Montpelliérains. J’ai profité des soirées d’échanges linguistiques organisées par mon école de langues et j’ai noué des amitiés durables avec mes sœurs d’accueil françaises et leurs amis ! N’ayant pas de cours le weekend, j’ai eu le temps de voyager dans le sud de la France. J’ai visité un grand nombre de villes, y inclut Bordeaux, Toulouse, Lyon, Nîmes et Nice tout en apprenant un peu sur la culture et l’histoire de l’Hexagone.

L’UNIVERSITÉ DE BATH (2017- 2021)

 Bien que l’université de Bath n’était pas l’un de mes choix l’année précédente pour des raisons familiales, cette fois-ci, elle a attiré mon attention pour plusieurs raisons.

Premièrement, le cursus m’a convenu parfaitement. L’apprentissage d’une langue est bien plus que la grammaire, le vocabulaire et la compréhension orale, il s’agit aussi de comprendre l’histoire, la politique et la culture du pays et à Bath vous entreprenez des modules sur ces matières. De plus, l’enseignement de 80% des cours dans la langue cible était un plus !

Deuxièmement, pendant la troisième année du cursus, chaque étudiant en langues doit soit travailler soit étudier à l’étranger. L’immersion totale dans le pays étranger est la seule façon d’aiguiser vos compétences linguistiques. En outre, un séjour à l’étranger n’est pas seulement une belle opportunité de découvrir le pays et de rencontrer des gens, mais aussi d’acquérir des nouvelles compétences personnelles ainsi que professionnelles. Ne vous inquiétez pas… les étudiants d’autres domaines peuvent également participer au Year Abroad !

Finalement, la possibilité, au cours de la première année, de vivre sur campus dans une résidence universitaire permet aux étudiants de se sentir moins isolé, étant entouré par beaucoup de nouveaux étudiants qui sont tous dans le même bateau. L’association d’étudiants, autrement connu comme le Student’s Union, propose une gamme d’activités pendant la première semaine du semestre pour aider les Freshers à s’intégrer dans la vie étudiante à Bath, ainsi qu’apprendre à connaitre ses colocataires et découvrir la belle ville romaine.

 

Personnellement, je suis plus à l’aise dans mes cours universitaires depuis mon arrivée à Bath grâce à mon année de césure qui m’a permis de perfectionner la langue française avant de commencer mes études supérieures.

Donc, si vous comptez étudier à l’étranger mais que vous n’êtes pas encore satisfait de votre niveau de langue, pourquoi pas prendre une année de césure pour la maîtriser ? Cela en vaut absolument la peine !