Année de césure en Australie

Année de césure en Australie

Rencontre avec Alexane, étudiante en alternance chez Study Experience

Après avoir pris la décision de de me réorienter à la fin de ma première année en école de commerce, j’ai voulu prendre une année entière pour réfléchir et découvrir d’autres choses avant de me relancer dans les études. Etant une mordue de voyages et de découvertes, je n’ai pas eu peur de partir toute seule à 19 ans en Australie et de passer 8 mois à Melbourne.

Je n’avais entendu que du bien de cette ville et donc mon choix à vite été fait, en effet elle à été élue «Most liveable city in the world» pendant 8 années consécutives.

Alors 24 heures d’avion plus tard et 10 heures de décalage horaires, j’ai posé mes valises à Melbourne et je n’ai pas été déçue.

L’école

Il n’était pas question pour moi d’abandonner l’école totalement pendant un an. Même si j’étais un peu perdue au niveau de mes études je voulais continuer à aller en cours et ne pas perdre le pli. J’ai donc fait une formation IELTS pendant quelques semaines puis des cours de English for Business au Greenwich College de Melbourne.

Etre étudiante en Australie m’a permis de perfectionner mon anglais et à aussi facilité mes rencontres avec d’autres personnes. Ce qui est génial c’est que cette ville est très cosmopolite et diversifiée culturellement parlant. Résultat, j’étais en cours avec des Brésiliens, des Japonais, des Thaïlandais, des Allemands et j’en passe…

Le travail

On le sait, la vie en Australie n’est pas donnée.. Mais ce n’est pas le travail qui manque ! J’ai choisi de faire 4 jours de cours par semaine afin de travailler les 3 autres jours. En plus de ça, je finissais l’école à 15h, ce qui me permettais de travailler le soir et de gagner ma vie correctement.

J’ai pu faire plusieurs petits boulots comme donner des cours de français à des Australiens ou à l’inverse proposer des cours d’anglais à des étrangers qui se sentaient un peu perdus en arrivant.

Mais il a aussi été très facile pour moi de trouver du travail en tant que serveuse dans des restaurants ou même dans une boulangerie française !

Grâce à ça, j’ai pu payer mon loyer toute seule, faire mes courses et m’accorder des loisirs réguliers. J’ai appris à gérer mon budget et surtout à vivre en autonomie complète. Après avoir vécu dans un appartement avec 3 personnes, j’ai choisi de vivre en collocation avec 10 filles dans une grande maison et je n’ai jamais regretté un seule seconde.

La vie australienne

Melbourne est une ville super agréable à vivre, il y a des restaurants partout et de pleins de nationalités différentes. On peut manger asiatique, français, mexicain, italien et j’en passe ! Et ça partout dans la ville.

Le CBD de Melbourne est très différent des quartiers d’affaires des autres villes. Il est très aéré, très propre, on y trouve souvent de super artistes de rue et surtout beaucoup de street art. Melbourne est très connue pour ces rues taguées qui sont exceptionnelles à voir et qui changent régulièrement.

L’art fait partie intégrante de la ville de Melbourne, les musées y sont nombreux et toutes les cultures s’y mélangent parfaitement.

Melbourne est un très grande ville, mais le système de transport est très fluide et surtout très pratique (mieux que de conduire à gauche avec le volant à droite..).

Le quartier le plus connu est celui de St Kildas où se trouve la plage de Melbourne. Attention, rien à voir avec les longues et grandes plages de surfeurs de la côte Est du continent. On y trouve un climat assez venteux comparable au climat de San Francisco, mais la longue ballade est très agréable à faire en vélo ou en skateboard et le parc et immense.

Le bilan

L’Australie est un pays très  vaste qui fait 7 fois la taille de la France. Si on veut voyager, il faut alors prendre l’Avion ou une voiture mais dans ce cas là, il faut prévoir pas mal de temps. Il y a énormément de choses à voir et personnellement j’ai eu la chance de voyager tout le long de la côte Est pendant 3 semaines et de découvrir des paysages très différents de Melbourne, plus sauvages, plus natures ou encore qui ressemblaient plus à l’esprit hippie auquel on s’attend quand on pense à l’Australie.

J’ai pu surfer, admirer la barrière de corail, caresser des koalas, prendre des selfies souriants avec des kangourous ou avec les fameux quokka ou encore fait un bonhomme de sable sur la plage le 25 décembre !