Skip to main content

Algonquin College et l’œil du tigre…

Salut à toutes et à tous ! Cette semaine, focus sur une fac canadienne pas comme les autres, puisqu’elle a compris qu’un étudiant, surtout lorsqu’il suit un programme à l’étranger, ça stresse beaucoup et souvent, et que ça a besoin d’évacuer la pression. Oui, cette semaine, focus sur Algonquin College, à Ottawa.

Commençons déjà par le commencement. Pour avoir fait le test auprès d’amis français, j’ai remarqué que la plupart d’entre eux ne connaissaient pas Ottawa. Pour info, Montréal n’est pas la capitale du Canada. Toronto et Vancouver non plus. La capitale fédérale du Canada, la seule, la vraie, c’est… devinez… oui, c’est Ottawa. Avec près de 900.000 habitants, cette ville bilingue de la province d’Ontario, rattachée au Québec au nord par Gatineau, abrite donc Algonquin College.

L’établissement propose essentiellement des programmes professionnalisants (mes préférés, hi hi), du certificat en un an jusqu’au bachelor en quatre ans, en passant par l’associate degree, équivalent anglo-saxon du DEUG, du BTS et du DUT. Vous pouvez aussi, si ça vous tente, y commencer vos études par le biais du Global Studies program, qui vous initie au monde de l’université en douceur, en vous permettant de suivre des cours dives et variés et de prendre votre temps pour vous décider sur le domaine d’études que vous souhaitez privilégier à l’avenir.

Ok, maintenant, passons aux choses sérieuses. S’il est vrai que j’ai souvent évité de faire du sport directement à la fac (c’est toujours mieux de sortir un peu du cocon universitaire pour rencontrer de nouvelles têtes), je dois admettre que je serais certainement resté faire ma gym à Algonquin si j’y avais été étudiant. Pourquoi ? Et bien tout simplement à cause de l’Impact Zone, un lieu entièrement dédié aux sports de combats (Mixed Martial Arts, Judo, Muay Thai, Jiu Jitsu Brésilien, Kali, etc.), qui permet aux étudiants d’Algonquin d’évacuer leur stress comme des cheminées de locomotives, massivement et bruyamment, le tout dans une atmosphère sécurisée et agréable… Que dire de plus ? Au pays de George Saint-Pierre (champion UFC des poids Welter), on sait que, quand tout est enneigé à l’extérieur, un petit coup de sports de combats, ça fait pas de mal pour vous réchauffer et vous détendre.

Alors, si en plus d’avoir envie d’étudier dans une bonne fac et d’en ressortir avec un diplôme qui vous donne vraiment accès au milieu professionnel, vous avez l’œil du tigre, pensez à postuler à Algonquin College. Histoire de cultiver, à double titre, votre étoffe de champion !

Commentaires

Laisser un commentaire

Étudier à l'étranger : le guideLogo ICEFLogo Australia Future UnlimitedLogo New Zealand EducationLogo PIERLogo Quality English